Vous aimez les animaux non humains mais vous ne pouvez pas  en adopter un-e ?

Vous souhaitez tout de même soutenir la cause animale ou vous rendre utile ?

Aider les refuges du coin

Vous pouvez soutenir les refuges proches de chez vous, en leur faisant un don de couvertures, de draps par exemple, ou de matériel dont vous ne vous servez plus (gamelle, boite de transport, laisse, jouet...) ou de faire un don sous forme de croquettes.

Ou tout simplement depuis chez vous, en relayant les annonces d'adoptions ou de sauvetages en urgence.

 

Notre association est solidaire des refuges de la région, et nous organisons régulièrement des après midi ballades pour les chien-ne-s des refuges, ou aide à l'entretien des box par exemple.

Nous serons ravi-e-s de vous compter parmi nous lors de ces actions !


S'occuper des animaux non humains depuis chez vous ?

Chat-te-s errant-te-s, abeilles, hérissons, oiseaux, autant d'animaux non humains qui ont besoin de notre aide pour survivre...

Les chat-te-s errant-te-s

Les chat-te-s errant-te-s sont de plus en plus nombreux-ses en France.

Des abandons, des personnes qui déménagent et les laissent sur place, des naissances de chattes errantes non stérilisées...

L'idée reçue c'est que ces petites boules de poils s'en sortent très bien à l'extérieur mais il en est tout autre...

Tout-e chat-te ne chasse pas, surtout si iel a été domestiqué-e et habitué-e à ce qu'on lui fournisse à manger.

L'hiver est difficile pour elleux, d'autant plus si c'est un-e chat-te qui a connu la chaleur d'un foyer...

 

Il est de notre devoir de les aider en leur apportant de la nourriture (croquettes ou boites pour chat) et pourquoi pas un abri pour passer l'hiver.

Vous ne devriez pas commencer à nourrir les chat-te-s errant-te-s à moins d’être prêt-e à assumer cette responsabilité sur le long-terme.

En effet, les chat-te-s apprendront vite à compter sur la nourriture que vous leur donnez et perdront l’accès aux autres sources de nourriture...

 

N'hésitez pas vous aussi à leur installer des abris pour qu'ils/qu'elles puissent venir y chercher un peu de chaleur ! Pas besoin de construire un palace, un carton imperméabilisé, des bacs en polystyrène rempli de paille, un bac à litière fermé, ou des caisses en bois (à vin par exemple) tapissés d'un morceau de couverture, de couette ou de chutes de mousses feront l'affaire.

 

Il est également indispensable de faire intervenir une association ou SPA pour stériliser les chat-te-s errant-te-s déjà présent-e-s afin de stopper la surpopulation ou si vous avez les moyens, de vous en charger vous même.

 

Un atelier fabrication de cabanes pour nos amis les chat-te-s sera prochainement mit en place par notre association.

Les abeilles

Faites un abreuvoir pour les abeilles et aidez à protéger et hydrater les pollinisateurs/pollinisatrices.

Imaginez à quel point une seule abeille travaille dur en une seule journée. Les abeilles récoltent naturellement le pollen d’au moins 2000 fleurs par jour et leurs petites ailes battent au-delà de 10 000 fois/min. Les abeilles transportent le pollen et aident considérablement notre approvisionnement alimentaire.

Ça a l’air épuisant? Les abeilles ont souvent soif et elles ont besoin de sources d’eau potable. Le problème c’est que l’eau n’est pas toujours disponible.

 

Les abeilles ont besoin de boire à partir d’eau très peu profonde. Cependant, l’eau peu profonde s’évapore rapidement. Les bains d’oiseaux (fontaines) ne sont pas la meilleure option car les abeilles ont tendance à se noyer si l’eau n’a pas une profondeur qui permet néanmoins d’avoir un aperçu.

Quant aux rivière et aux lacs, les abeilles risquent leur vie en essayant de trouver de l’eau en présence de poissons, de grenouilles et d’autres animaux sauvages non humains, sans mentionner le risque de se faire emporter par les courants d’eau.

 

Afin d’aider nos petit-e-s pollinisateurs/pollinisatrices à s’hydrater, mettez en place un dispositif d’alimentation en remplissant un plat à tarte d’eau et de billes. Les billes donnent aux abeilles un endroit pour atterrir afin qu’elles ne se noient pas quand elles viennent boire. Fini les abeilles qui se noient !

Vous pouvez également suspendre dans votre jardin ou sur votre terrasse ou balcon, des nichoirs qui leur sont spécialement dédiés : bûches percées, fagots de tiges creuses, etc.

 Les hérisson-ne-s

Le/la hérisson-ne est menacé de disparition.

Bien qu'il/qu'elle soit une espèce protégée depuis 1981, il/elle vit en sursis.
La déforestation, le débroussaillage le/la privent de son habitat naturel. Et surtout, l'usage de pesticides, d'herbicides et d'anti-limaces lui est fatal. Mais avec des gestes simples, il est possible de l'aider.


Pour nourrir un-e hérisson-ne, il faut un récipient de faible hauteur, comme un dessous de pot de plante ou une assiette en plastique.

Laisser à sa disposition des croquettes chat-te-s/chien-ne-s et/ou de la pâtée, C'EST TOUT !

Évitez de lui donner à boire dans un bol car il/elle le renversera, il/elle a l'habitude de poser ses pattes avant sur la gamelle pour se mettre à son aise.

L'eau fraîche est importante pendant les périodes d'été et de canicule, pensez-y.

 

Pour ne pas attirer tous les chat-te-s de votre quartier lorsque vous me donnez à manger,
voici une petite astuce pour éviter les intrus :
Poser une assiette sur ma gamelle. Le/la chat-te n'aura pas idée de la soulever... Moi oui !
Vous pouvez également lui construire un petit abri tout simple :  une caisse retournée avec un petit accès, le tout placé à l'écart sous un buisson ou un tas de feuilles mortes.
Si vous trouvez un-e hérisson-ne la journée, cela n'est pas normal car c'est un animal nocturne.
Il faut avant tout l'hydrater, enlever les insectes (mouches, vers avec une pince à épiler) et le/la vermifuger.
Ne pas hésiter à appeler l'association la plus proche.

Les oiseaux

Pour les oiseaux présents sur notre territoire, l’hiver est la saison la plus difficile même s’ils/elles craignent moins le froid que le manque de nourriture. La nourriture est indispensable pour affronter les basses températures or, c’est souvent à cette époque que les aliments sont les plus rares. Les sols durs et gelés les empêchent d’attraper les vers qui se sont profondément enfouis dans le sol et les graines se font rares.

 

L’énergie qu’ils/elles dépensent pour trouver leur nourriture (quand ils/elles en trouvent) est considérable et n’est pas toujours compensée par leurs maigres repas.

Nous pouvons donc les aider en leur fournissant une nourriture d’appoint et de l'eau à disposition qui est à changer régulièrement.

 

Si vous commencez le nourrissage, ne l'interrompez pas brusquement, les oiseaux compteront sur votre générosité et cela pourrait leur être fatal si d'un coup, ils/elles n'avaient plus aucune source de nourriture secondaire.

La période la plus propice pour commencer à les nourrir est fin novembre, début décembre soit au début des premières gelées, et jusque mars/avril, de préférence matin et soir.

Certaines espèces d'oiseaux mangent sur le sol, on peut dans ce cas la disposer des graines sur une planche en bois.

Ne mettez pas de la nourriture en trop grande quantité car les graines mouillées deviennent impropres à la consommation.

Les oiseaux raffolent des fruits mûrs ou décomposés tels que la pomme ou la poire ou le raisin, et des graines de tournesol, cacahuètes, mais concassé (non salés), des pains de graisse végétale réalisés par vos soins, des amandes, noix, noisettes, graines de millet ou d'avoine...

 

Vous pouvez leur confectionner une mangeoire pour 3 fois rien si vous n'avez pas les moyens d'en acheter une (cf photo)


Et pour les autres animaux non humains ?

Réservez une parcelle d'herbes hautes, ainsi que des espaces tels que massif de lierre, arbre creux, vieux mur et tas de bois ou de feuilles mortes pour les insectes.

Vous pouvez également leur construire un "hôtel" ou planter des plantes aromatiques, arbustes, fleurs sauvages pour attirer entres autres les abeilles et les papillons et autres pollinisateurs/trices.

 

Faites du composte au lieu de tout jeter à la poubelle.

Ça permet à de nombreux coléoptères de se développer et ça constitue une énorme source de nourriture pour de nombreux vers et insectes.

 

Et le plus important, bannissez l'usage de produits chimiques pour votre jardin !

De nombreuses méthodes alternatives existent...